Écrit par: Olivier Nosbaum & Marc Schaack
Traduit de l'allemand par : Fernand Rasquin

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Les premières cartes luxembourgeoises d’expédition de colis postaux

Analyse d’un exemple

Le 18 juillet 2015 eut lieu au Foyer de la philatélie le symposium d’Arge Belux. A la demande du président Lars Boettger les auteurs de cet article y présentèrent quatre sujets de la philatélie classique. L’un de ces sujets était l’introduction des cartes d’expédition des colis postaux et leur emploi à partir du milieu des années 70 et du début des années 80 du XIXe siècle.

Toutes ces cartes, qui sont apparues peu à peu depuis les années 1950 sur le marché philatélique, proviennent, à une exception près, d’une seule correspondance. Jusqu’au symposium de 2015 la composition du port de ces cartes passait pour inexplicable, même des experts durent en refuser l’examen. En 2014 une de ces cartes fut même offerte sans garantie par une grande maison de ventes au motif que les avis des collectionneurs et experts quant à cette pièce divergeaient depuis des années.

Le présent article se fonde sur des années de recherche et d’examen de littérature philatélique, de catalogues de vente, de lois et autres textes législatifs. Nous vous en présentons le résultat au moyen d’une de ces cartes d’expédition.

Par arrêté royal grand-ducal du 6 décembre 1873 (Mémorial I, no 32 de 1873) entra en vigueur la prescription suivante : « Est considéré et traité comme colis, tout envoi dont le poids dépasse 2 kilogrammes. [La] taxe minimale est réduite à 25 centimes pour les envois provenant ou à destination des pays faisant partie de l’Union postale allemande, à l’exception de l’Autriche-Hongrie. »

Cet arrêté qui entra en vigueur le 1er janvier 1874 ne mentionne pas de ports détaillés pour les divers pays. Même après la fondation de l’UPU et l’adhésion du Luxembourg on ne trouve de liste détaillée des ports ni dans les contrats postaux entre le Luxembourg et l’Allemagne (Mémorial I, no 24 1878) ni dans l’arrêté sur les tarifs entre le Luxembourg et la France (Mémorial I, no 30, 1875). De même la loi du 12 décembre validant le contrat de Paris du 1er juin 1878 (Mémorial I, no 19, 1879) ne souffle mot des tarifs exacts des colis.

Une instruction postale (no 27, janvier1874) précise :

« Afin d’accélérer la livraison des colis, l’Administration des postes a fait imprimer des formules pour adresses de colis postaux qui devront être utilisées au lieu des actuelles adresses d’accompagnement, à partir du 1er février 1874 pour tous les colis confiés à la poste, aussi bien pour les colis ordinaires et recommandés que pour les colis avec indication de valeur et acomptes postaux… Lors de la remise ou reprise des colis les destinataires doivent rendre les formules de la poste à colis au messager délivreur ou à l’agence de poste… »

De la correspondance unique mentionnée plus haut on connaît à ce jour 16 cartes affranchies. Toutes ont été expédiées par la Banque Nationale à Luxembourg à Thomas Banquiers & Cie à Longwy en France.

Dans les années 70 il n’existait pas de relation postale directe vers la France pour les paquets ; ils devaient donc être expédiés via l’Allemagne ou la Belgique.

La carte que nous présentons ici, postée le 8 août 1879, a transité par Thionville (qui à cette époque faisait partie du territoire de la poste de l’Empire allemand) et a passé la frontière entre l’Allemagne et la France à Audun-le-Roman. Les notes manuscrites sur cette carte indiquent l’envoi d’un paquet de 719 grammes d’une valeur de 10.000 francs.

Vorderseite der Paketkarte

Figure 1 : Recto de la carte

 

Curriculum de cette carte

Lot 5380, Corinphila Auktion 25-30 octobre 1982 (collection Seligson)

Lot 51105, 37. David Feldmann Auktion 24 – 27 octobre 1984

Lot 2075, Siegel-Auktion 14 mai 2014 (collection Houser)

Le port de ce paquet se détaille comme suit :

Port pour la France via l’Allemagne (Reis 1897, 303) [1] :

1 F 25 c

Port pour Thionville [1re zone] (Reis1874, 15) [2]

56,25 c

Port pour envois de valeur : 12,5 c par 375 F (Reis 1897, 292) [3]
(Pour cette carte le 27e échelon de port : 27 x 12,5)

3 F 37,50 c

Ce qui fait un port total de

5 F 18,75 c

Or, sur le devant de notre carte ne se trouvent que des timbres d’une valeur nominale de 1 F 18,5 c. Mais si on examine le revers, on constate des traces de manipulation. En haut à gauche, on aperçoit la moitié de l’empreinte d’un cachet qui avait été apposé sur un bloc de quatre timbres qui a disparu.

On trouve d’autres traces de manipulation. Le cachet en forme de losange sur le devant de la carte était apposé sur deux timbres fiscaux français collés sur les timbres, mais qui ont été enlevés. A cette époque étaient dus en tant qu’impôts français : 25 centimes de droit de factage et une taxe de douane de 10 centimes. Ces timbres fiscaux ne se trouvent plus que sur une seule des 16 cartes dont question plus haut, ils ont été enlevés sur toutes les autres. Pour ce qui est des timbres luxembourgeois, ils sont au complet sur certaines cartes, mais il en manque plusieurs sur d’autres.

Rueckseite der Paketkarte

Figure 2 : Verso de la carte

Il est aussi intéressant de remarquer que toutes les cartes ont été numérotées sur le recto dans le coin inférieur gauche (selon toute probabilité par la personne qui a découvert les cartes). Pour une partie des cartes cette numérotation a été effacée à la gomme, mais elle reste faiblement visible. Cela permet, en partant de la plus haute numérotation connue à ce jour, à savoir 37, de calculer le minimum de cartes existantes. Il existe aussi des fragments, dont un seulement a pu être attribué à nos cartes, et cela parce que la carte dont le fragment a été détaché existe encore. Il est possible que les fragments connus ou du moins une partie parviennent de la correspondance que nous analysons. En plus il est vraisemblable que ces cartes sont apparues d’abord sur le marché luxembourgeois. Il est donc possible qu’il en existe encore dans de vieilles collections luxembourgeoises. Si vous en possédez une entière ou en fragment, nous vous serions reconnaissants de nous contacter.

 

Olivier Nosbaum

135, rue de Bettembourg

L-5811 Fentange

Tel. : 49 12 10

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Marc Schaack

6, rue Thomas Byrne

L-3761 Tétange

Tel. : 26 17 53 87

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

------------------------------------------------------------------------

[1] Reis, J.-P., Statistique historique du Grand-Duché de Luxembourg - Administration des postes et des télégraphes - histoire des postes, des télégraphes et des téléphones (Luxembourg 1897), 303.

[2] Reis, J.-P., Porto-Tarif für Packetsendungen nach und aus dem Grossherzogthum Luxemburg und nach fremden Ländern (Luxembourg 1874), 15.

[3] Reis, J.-P., Statistique historique du Grand-Duché de Luxembourg - Administration des postes et des télégraphes - histoire des postes, des télégraphes et des téléphones (Luxembourg 1897), 292.

La version allemande de cet article a été publiée au MONITEUR DU COLLECTIONNEUR 2015/4 page 188 (Organe officiel de la FSPL).