Écrit par: Marc Schaack & Olivier Nosbaum
Traduit de l'allemand par : Fernand Rasquin

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

 

Pièces spéciales de l’émission luxembourgeoise des timbres aux Armoiries

4. Le timbre à UN FRANC avec la surcharge inversée [1]

Le timbre à 37,5 centimes (fig. 1) de l’émission Naumann des percés en lignes colorées (1865 – 1874) a été pourvu de la surcharge « UN FRANC » (fig. 2) en 1872. Il en existe une rare variété qui présente la surcharge inversée. Les trois exemplaires connus ont été oblitérés tous entre mai et septembre 1873 à Diekirch. L’ancienne valeur de 37,5 centimes a été rayée des deux côtés d’un trait de plume.

 

Abb1Abb2

Fig. 1 et 2 : Les timbres à 37,5 centimes et à UN FRANC

Le catalogue Prifix de la Banque du Timbre  mentionne cette variété depuis 1960/61 jusqu’à la dernière édition de 2009 sous le numéro 24b (Michel no 25b) avec la mention « surcharge renversée » : La dernière cotation du timbre oblitéré est de 3100 € ; on ne connaît pas d’exemplaires neufs. La variété n’est plus mentionnée dans le catalogue Prifix-Michel.

La littérature n’est pas prolixe au sujet de cette variété. Elle ne semble avoir été découverte que très tard (du moins par les collectionneurs luxembourgeois). La première mention remonte au célèbre collectionneur belge René Berlingin [2]. Il présente un timbre avec l’oblitération de Diekirch du 21.05.73 (fig. 3), le décrit brièvement et affirme que le timbre et le cachet sont authentiques[3]. La date de l’oblitération est illisible sur la reproduction. Deux pages avant Berlingin affirme que le «UN FRANC renversé» est le timbre le plus rare du Luxembourg, qu’il n’en existe qu’un exemplaire et qu’il égale en rareté le célèbre 3 sk orange de Suède [4].

 

Abb3

Fig. 3 :Timbre avec surcharge inversée, d’après Berlingin 1940

Quatorze et quinze ans plus tard, Bernard Wolff (1954, 52, Fig. 2; 1955, 32, Fig.2) consacre tout juste huit lignes au « timbre avec surcharge inversée» qu’il reproduit. Mais il ne s’agit plus du timbre montré par Berlingin, mais de deux timbres «qui ont été collés ensemble inversement pour former une paire» (Fig. 4). A part les illustrations, Wolff ne fournit que les deux informations suivantes: «Il faut encore relever que parmi les surcharges de Naumann se trouvait une feuille avec la surcharge inverse UN Franc» et «Deux de ces rares timbres collés ensemble inversement pour former paire ont été vendus il y a quelques années[5]  au prix élevé de 60.000 Fr[6] ». D’après la coutume luxembourgeoise peu scientifique d’alors (et souvent même encore d’aujourd’hui) l’auteur renonce à indiquer ses sources[7]. L’argument selon lequel il y aurait eu une feuille[8] à impression inversée nous semble, faute de preuves, une pure spéculation. Malheureusement aussi nous n’avons pu à ce jour découvrir où la «paire» a été vendue et qui en a été le possesseur.

La première mention du timbre dans un catalogue se trouve dans le catalogue UTL paru le 1er octobre 1953; l’exemplaire oblitéré y est coté 30.000 F [9].

 

Abb4 Fig 4: «Paire» avec surcharge inverse, d’après Wolff (1954, 52, Fig. 2).

Sept années plus tard le timbre réapparaît dans la littérature. Klein (1963, 50, 70) le mentionne en cinq lignes bilingues (allemand et français), sans apporter rien de nouveau et sans indication de sources. Il rapporte que seulement trois exemplaires sont connus et que «l’ancienne indication de la valeur 37,5» a  été «barrée à la plume». Il affirme en outre qu’on ne connaît que trois exemplaires, tous avec l’oblitération à un cercle de Diekirch, et qu’on ne peut mettre en doute leur authenticité. Il n’y a pas d’illustration. Les trois timbres que Klein mentionne sont sans doute les mêmes que ceux décrits plus haut.

En 1985, la «paire» a fait partie de la vente aux enchères de la collection «JUAN DEL PUENTE»[10] alias Jean Dupont. Cette fois avec attestation de la F.S.P.L. Dans le catalogue de la vente elle n’est même pas reproduite en couleur, mais seulement en noir et blanc. Estimée 1000 francs suisses; elle a été attribuée 2000 FS. Il est étonnant que d’après la description dans le catalogue de la vente il se serait agi d’un exemplaire à variété combiné avec un timbre normal[11]. A remarquer également que la reproduction montre un léger décalage entre les deux timbres; il n’est pas clair non plus si les deux timbres se sont trouvés au début sur un petit fragment.

La dernière apparition de la «paire» date de l’exposition Monaco 2000[12]. L’exposant était Jan Huys du Liechtenstein. Les timbres sont disposés comme dans la collection Dupont et déclarés comme étant deux des trois exemplaires connus. L’erreur de surcharge est décrite comme la plus importante  du Luxembourg  et comme une grande rareté européenne[13].

Abb5Fig 5: «Paire» avec surcharge inverse.
Principauté de Monaco.Catalogue de l’Exposition des 100 Timbres
et Documents Philatéliques parmi les plus rares du monde. Monaco 2000 (88)
 

Il est étonnant que cette variété ne soit plus mentionnée dans les catalogues Prifix/Michel, alors que d’après l’avis de Berlingen (que les auteurs de cet article partagent) il s’agit de la plus importante variété de la philatélie luxembourgeoise.

Les auteurs seront reconnaissants pour toute suggestion ou tout commentaire

Commission pour la Philatélie traditionnelle, les Entiers postaux et l’Histoire postale

Marc SCHAACK
6, rue Thomas Byrne
L-3761 Tétange
Tel.: 26 17 53 87
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Olivier NOSBAUM
135, rue de Bettembourg
L-5811 Fentange
Tel.: 621 49 40 65
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

______________________________________________________

[1] Nous avons déjà publié cet article sous une forme légèrement modifiée le 1.1.2018 sur PhilaSeiten.de :www.philaseiten.de:

   http://www.philaseiten.de/cgi- bin/index.pl?ST=11117

[2] Berlingin R., Catalogue-Etude. Les Timbres les plus rares de Belgique et des autres Pays. Les Oblitérations de Luxembourg. Les Centres Renversés (Ham-sur-Heure 1940), 32-34.

[3]  „Obl. Diekirch 21. 05. 73. L’ancienne valeur a été barré à l’encre lors de l’emploi. L’erreur a donc été reconnue alors. L’authenticité de la surcharge et de l’oblitération est hors de doute“ Berlingin (1940, 34). 

[4] „Enfin au sommet, l’erreur la plus rare d’Europe, avec le 3sk. orange N°24“ (Berlingin 1940, 32). „Il n’existe qu’un exemplaire, coupé dans la marge gauche. C’est l’erreur la plus rare d’Europe, à côté du 3 sk. jaune, erreur de Suède“ (Berlingin 1940, 34). René Berlingin était plus tard, de1950 à 1878 et resp.1984 possesseur du 3 sk „Treskilling banco“. Voir p. ex. Feldman D., Sweden „Treskilling“ yellow. Unique error of color. The world’s most expensive Stamp. Special Auction ( Genève 2010), 21.

[5]  Littéralement: « Il y a deux ans… »: (Balasse Magazine 93, 1954, 52-54)

[6]  Wolf B. La surcharge erronée « Un Pranc » au lieu de « Un Franc » sur les timbres de l’émission 1875 du Grand-Duché de Luxembourg. Balasse Magazine93, 1954, 52-54. Wolff B.:. Der irrtümliche Aufdruck „Un Pranc“ anstatt „Un Franc“ auf der nicht verausgabten gezähnten 37 ½  centimes-Marke, Luxemburger Druck, von 1875. In: UTL (éd.), Commémoration du 65e anniversaire (Luxembourg 1955).
Le timbre avec la surcharge inversée n’est mentionné qu’en marge dans ces articles.
 

[7]  Nous avons contacté plusieurs collectionneurs éminents qui ont examiné pour nous les catalogues des ventes de cette époque. Malheureusement on n’a pu trouver une autre vente avec ces timbres. Merci à MM. Vincent Schouberechts, Hans van Bree, Dr Jan Huys, Martin Eichele und „Heinz 7“ (pseudonyme sur PhilaSeiten.de)

[8]  A l’aide de la „lettre Bourestam“ nous avons pu démontrer que la surcharge des timbres à un Franc de l’émission Naumann de1872 a été opérée en deux étapes de 50 timbres, tout comme pour l’édition de Brück. Sur cette lettre se trouvent un bloc de 26 et un bloc de 12 du timbre à un Franc avec la surcharge «Officiel». Ces ensembles nous ont permis de démontrer que la surcharge s’est opérée en deux étapes de 50 timbres.

[9]  UTL (éd..) : Les Timbres-Poste du Grand-Duché de Luxembourg  de 1852 à 1953, (Luxembourg 1953) 30e  édition, 10.

[10]  Corinphila 73, 23-28sSeptembre 1985, Los 5437.

[11] „un franc sur 37 ½ gris-brun var: surch renv - jolie pièce avec deux lég. oblit. de Diekirch et usée avec timbre normal (collées tête-bêche) les valeurs faciales annulées à la main… “  

[12] Principauté de Monaco. Catalogue de l’exposition des 100 timbres et documents philatéliques parmi les plus rares du monde (Monaco 2000), 88; 146.

[13] „ L‘erreur la plus importante du Luxembourg et une grande rareté européenne.  “