CERCLE PHILA
DUDELANGE
 
Association philatélique de Dudelange
Briefmarkensammlerverein Düdelingen
0001 sonderstempel 18 35prozent
  • Écrit par: Olivier Nosbaum & Marc Schaack
  • Traduit de l'allemand par : Fernand Rasquin

Le premier essai Naumann des timbres luxembourgeois aux Armoiries

 

Le 11 juillet 1859 la fonderie Naumann de Francfort livra à Luxembourg les premiers clichés des timbres aux Armoiries à 30 centimes.

Les essais antérieurs de l’imprimeur Victor Bück de Luxembourg n’ayant pas donné satisfaction [1], l’imprimerie Naumann de Francfort avait été contactée pour la confection d’essais avec le nouveau motif des timbres aux Armoiries[2]. Comme le temps pressait  on convint que les premiers clichés seraient livrés directement à  l’imprimerie Naumann sans passer par Luxembourg. En conséquence  les clichés à 10 centimes furent livrés à Naumann fin juillet 1859[3].

Pour la confection des essais, l‘administration des postes envoya à Francfort les restants du papier à  filigrane ayant servi à la confection des numéros 1 et 2 du Luxembourg (têtes noires et têtes rouges).

Le 4 août 1859 les premiers  essais  réalisés en pourpre brunâtre  sur les clichés des 10 centimes furent expédiés à Luxembourg. L’imprimerie avait choisi cette couleur qui fut aussi celle du timbre à 5 silbergros Tour et Tassis imprimé également en juillet et août 1859.  Le papier à filigrane ne satisfaisait pas l’imprimerie Naumann , parce qu’il s’agissait de papier destiné à l’héliogravure[4]. Or les timbres aux Armoiries étaient destinés à l’impression en relief[5] et l’imprimerie avait réalisé un essai analogue  sur son propre papier sans filigrane[6].

La correspondance  de l’imprimerie nous apprend que deux feuillets à 100 essais de ce 10 centimes pourpre brunâtre furent livrés à Luxembourg (fig. 1).

 

Abb. 1 800px

Fig. 1.  Première page de la lettre accompagnant les essais, datée du 4 août 1859

Fig. 1 Affichage au format PDF

 

Les deux feuillets furent découpés. De celui  à filigrane un bloc de dix a été conservé (fig. 2), la plus grande entité de l’autre feuillet est une paire (fig.3).

 

Abb.2

Fig. 2.  La plus grande unité connue sur papier à filigrane[7]

 

Abb.3 recto

Fig. 3. recto

 

Abb.3 verso

Fig 3. Les deux exemplaires connus des auteurs avec inscription au verso[8]

 

A relever que certains essais sur papier sans filigrane portent une inscription au verso qui a été réalisée avant le découpage. Nous n’en pouvons  déterminer l’origine (imprimerie, poste ou autre ?). Les deux exemplaires connus ne suffisent pas pour  déchiffrer le texte ou en déterminer l’origine.

Les auteurs vous seront reconnaissants de tout commentaire et de la communication d’essais avec inscription au verso.

Le livre „O. Nosbaum/ M. Schaack, Forschungen zu den Luxemburger Wappenmarken (1859-1882) (Saarbrücken 2019)“ avec traduction française est disponible chez les auteurs pour 50 euros.  Il peut aussi être livré par la poste contre versement de 56 euros au compte LU09 0019 1206 7955 9000 BCEELULL d’Olivier Nosbaum.

Commission pour la Philatélie traditionnelle, les Entiers postaux et l’Histoire postale du Luxembourg

 

Olivier Nosbaum                                            

135, rue de Bettembourg                          

 L-5811 Fentange                                           

Tel. : 621 49 40 65                                                         

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.                        

 

Marc Schaack

6, rue Thomas Byrne

L-3761 Tétange

Tel. : 26 17 53 87

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

[1] Archive POST Luxembourg.

[2] Ibid.

[3] Ibid..

[4] D‘après Manfred Schnell, Michel Deutschland-Spezial, 1, (München 2003), 251.

[5] Pour l’héliogravure le papier est humecté et doit donc pouvoir absorber l’eau.afin que l’impression réussisse parfaitement. Pour l’impression en relief le papier reste sec..

[6] Essai E6-3, R. Muller et O. Nosbaum, Les timbres-poste du Grand-Duché de Luxembourg. Essais & Epreuves Retouches Réimpressions (Luxemburg 2014), 71, 152.

[7] Soluphil 113, 23 avril 2010, lot 1199 (Melusina); Heinrich Köhler 362, 15. März 2016, lot 416.

[8] Collection Olivier Nosbaum

 

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.